Édito: La Bonne Nouvelle du matin de Pâques

La résurrection du Christ n’est pas un fait divers, et pourtant c’est l’évènement central de toute l’histoire de l’humanité. La vie de Jésus de Nazareth, de sa naissance jusqu’à son Ascension, s’inscrit dans l’histoire tout en faisant éclater les limites du temps.resu

Personne n’a assisté à la résurrection de Jésus. Et pourtant ils ont été nombreux les témoins, tous ceux et celles qui ont vu, rencontré le Ressuscité. Les femmes d’abord, les apôtres ensuite, de nombreux disciples, et plus de 500 frères à la fois

(I Cor. 15,6) témoigne St. Paul. Ils ont été nombreux les témoins. Beaucoup ont préféré mourir martyrs plutôt que de renier leur foi… et pas seulement au premier siècle… encore tant et tant aujourd’hui.

Le premier jour de la semaine, à la pointe de l’aurore. Ce n’est pas un hasard si les quatre évangélistes situent la Résurrection au matin du premier jour de la semaine. Rappelez-vous le récit de la Création. Au premier matin du monde, Dieu crée toutes choses en six jours, et le septième, le shabbat, Il se repose. Le premier jour de la semaine, un Dimanche, Dieu fait toutes choses nouvelles. La création est restaurée, revivifiée, renouvelée. La mort, qui croyait pouvoir tout emprisonner, est vaincue par la Vie. Même les enfers sont visités par le prince de la Vie et ne peuvent retenir Celui qui nous a sauvés par son amour et par son sang versé.

C’est un nouveau matin (« L’Etoile du matin »), une nouvelle aurore, la Création continuée, achevée, sauvée, portée à sa plénitude. Jésus sort vivant du tombeau. L’homme découvre un monde nouveau. L’homme n’est plus enfermé sur lui-même, prisonnier de ses démons. Nous pouvons croire en la Vie. Vingt siècles que le flambeau de la foi nous est transmis, que la Lumière du Christ éclaire le cœur des baptisés. Nous sommes les témoins du Christ vivant, du Christ qui a donné sa vie sur la Croix et qui a triomphé de la mort. Celui que les hommes ont crucifié, Dieu l’a fait Christ et Seigneur. Telle est le centre de notre foi, la Bonne Nouvelle toujours à annoncer. Partageons ce trésor avec joie.

François Remaury, prêtre

Annonces

A noter dans vos agendas

  • Les Équipes du Rosaire se réunissent une fois par mois :
    - à Aussonne, le 2ème mercredi du mois de 14h30 à 16h au Centre Paroissial.
    - à Beauzelle le 2ème ou 3ème lundi du mois de 15h à 17h chez un des membres de l'équipe, n'hésitez pas à nous rejoindre.
  • Réunion de prière de la Confrérie du Rosaire à l'église de Seilh tous les 1ers jeudis du mois à 20h30. 
  • Mettons le Monde, la France et nos familles sous la protection de la très Sainte Vierge Marie. Venez nombreux, en l'église St Clément de Cornebarrieu, dire de tout votre cœur le chapelet suivi du chapelet de la miséricorde le 3ème jeudi de chaque mois à 20h30.
  • Les adultes qui souhaitent recevoir le sacrement du baptême sont les bienvenus et peuvent contacter le presbytère de Beauzelle au 05.61.59.74.78 ou Marie-Claire Revel au 05 61 59 72 66.
  • Un groupe de préparation à la confirmation pour les adultes est en place sur la paroisse, les adultes qui souhaitent se préparer peuvent contacter Mme Patricia Koch au 06 73 80 05 33.

Lire la suite...

Semaine Sainte 2016

RAMEAUX
  • Mondonville : samedi 19 mars 18h30
  • Seilh : samedi 19 mars 18h30
  • Aussonne : dimanche 20 mars 10h30
  • Beauzelle : dimanche 20 mars 10h30
  • Cornebarrieu : dimanche 20 mars 10h30

Jeudi Saint 24 mars:

  • 10h30 à 12h00 confessions à l'église de Beauzelle
  • 20h00 célébration de la Sainte Cène à Cornebarrieu suivie d'une nuit d'adoration. Penser à vous inscrire sur les feuilles mises au fond des églises dès le 13 mars. Confessions jusqu'à 23h00.

Vendredi Saint 25 mars : 20h00 : Passion à Aussonne

Veillée Pascale 26 mars : 21h00 à Beauzelle

Jour de Pâques 27 mars : 10h30 à Mondonville et 10h30 à Seilh

Chemin de croix : vendredi 25 mars à 15h00 à l'église de Cornebarrieu et de Beauzelle

Semaine Sainte

Jeudi Saint : 20h00 Beauzelle: Sainte Cène et nuit d’adoration. Possibilité de se confesser jusqu’à 23h00

Vendredi Saint : 7h00: clôture de la nuit d’adoration avec l’office des Laudes. Confessions jusqu’à 11h00.

12h00: office du milieu du jour à l’église de Cornebarrieu.

12h30: chemin de croix depuis l’église jusqu’à chez Mme Betolli

20h00: Seilh: célébration de la Passion

Samedi Saint : 10h00-11h30 Beauzelle: confessions

21h00: Cornebarrieu: Veillée pascale

Jour de Pâques : 11h00: Mondonville et Aussonne: messe


Groupe Samuel

Tu te poses la question d'une vocation de prêtre ou d'une vocation religieuse ? Ce groupe est pour toi.

Rencontres les samedis soir de 20h00 à 21h30 au Centre Paroissial de Cornebarrieu

20 septembre, 11 octobre, 8 novembre, 6 décembre, 10 janvier, 28 février, 21 mars, 2 mai, 13 juin

Contact : Père Frédéric : 05.61.59.74.78

Textes du jour


Textes du jour
dimanche 22 avril 2018



Les Lectures du Jour


Livre des Actes des Apôtres 4,8-12.
En ces jours-là, Pierre, rempli de l’Esprit Saint, déclara : « Chefs du peuple et anciens,
nous sommes interrogés aujourd’hui pour avoir fait du bien à un infirme, et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé.
Sachez-le donc, vous tous, ainsi que tout le peuple d’Israël : c’est par le nom de Jésus le Nazaréen, lui que vous avez crucifié mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts, c’est par lui que cet homme se trouve là, devant vous, bien portant.
Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle.
En nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. »

Psaume 118(117),1.8-9.21-23.26.28cd.29.
Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les hommes ;
mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les puissants !

Je te rends grâce car tu m'as exaucé :
tu es pour moi le salut.
La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d'angle :
c'est là l'œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.

Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient !
De la maison du Seigneur, nous vous bénissons !
Tu es mon Dieu, je te rends grâce,
mon Dieu, je t'exalte !
Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !


Première lettre de saint Jean 3,1-2.
Bien-aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : c’est qu’il n’a pas connu Dieu.
Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 10,11-18.
En ce temps-là, Jésus déclara : « Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis.
Le berger mercenaire n’est pas le pasteur, les brebis ne sont pas à lui : s’il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s’enfuit ; le loup s’en empare et les disperse.
Ce berger n’est qu’un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui.
Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent,
comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis.
J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur.
Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau.
Nul ne peut me l’enlever : je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, j’ai aussi le pouvoir de la recevoir de nouveau : voilà le commandement que j’ai reçu de mon Père. »



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Le Commentaire du Jour


Basile de Séleucie (?-v. 468), évêque
Homélie 26, sur le Bon Pasteur ; PG 85, 299 (trad. Bouchet, Lectionnaire, p. 220 rev.)

Le Bon Pasteur donne sa vie pour ses brebis

      « Je suis le bon pasteur. Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. » Pilate a vu ce pasteur ; les juifs l'ont vu, conduit à la croix pour son troupeau, comme le chœur des prophètes l'avait annoncé clairement bien avant la Passion : « Comme un agneau, il est conduit à l'abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs » (Is 53,7). Il ne refuse pas la mort, il ne fuit pas le jugement, il ne repousse pas ceux qui le crucifient.

      Il n'a pas subi la Passion : il l'a voulue pour ses brebis. « J'ai le pouvoir de déposer ma vie, dit-il, et le pouvoir de la reprendre. » Il détruit la souffrance par la souffrance de sa Passion, la mort par sa mort. Par son tombeau, il ouvre les tombeaux. Il ébranle le séjour des morts, il en fait sauter les verrous. Les tombeaux sont scellés et la prison fermée tant que le Berger ne descend dans la mort pour y annoncer la libération à celles de ses brebis qui sont endormies (cf 1P 3,19). On le voit au séjour des morts : il donne l'ordre d'en sortir, on le voit renouveler même là l'appel à la vie. « Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis » : c'est ainsi qu'il cherche l'amour de ses brebis. Celui qui aime le Christ, c'est celui qui sait entendre sa voix.





© Evangelizo.org 2001-2010
Textes du jour
 Textes du jour