Saint Sacrement (3 Juin 2018)

   Aujourd’hui, c’est la fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ. Mais on pourrait dire que cette fête c’est tous les jours, c’est tous les dimanches, c’est chaque fois que la messe est célébrée. A la messe, Jésus nous dit : « venez et voyez », et si nous regardons bien, nous ne pourrons pas dire, comme il m’arrive de l’entendre : « à la messe je m’ennuie… la messe c’est toujours pareil ».

   Qu’y a-t-il donc à voir ?

La Croix : mort, sacrifice, signe de l’Amour.

Le Livre : la Parole de Dieu

Un autel, comme une table, comme au Jeudi Saint.

Des disciples, tous réunis, jeunes et moins jeunes, avec nos doutes et notre foi, avec nos espoirs et nos luttes, portant en nos cœurs la vie des hommes, la vie du monde ; tous participants à la prière du Christ pour le monde entier.

On a préparé la table. Il y a la nappe blanche, comme pour un repas de fête… il y a la Lumière du Christ ressuscité, symbolisée par le cierge pascal… il y a le pain et le vin, nourritures quotidiennes, signes et symboles de toute la terre avec ses fruits et ses richesses.

   Qu’y a-t-il encore à voir ? Le ministre ordonné, un prêtre et ses gestes. Un homme comme les autres, avec ses dons et ses maladresses, tenant là la place du Christ. Tourné vers nous, le prêtre nous salue et nous lui répondons. Le prêtre s’incline profondément nous invitant à l’adoration devant la grandeur de Dieu, à la prière, au recueillement, au silence. Il prie, mains ouvertes devant Dieu, paumes vides présentées à Dieu dans l’attitude qui signifie pauvreté, attente, accueil. Il trace le signe de la Croix sur le pain et le vin, car l’Eucharistie est le Sacrifice du Christ donnant son Corps et son Sang pour le salut du monde. Le prêtre prend en ses mains le pain et la coupe, comme Jésus faisant siennes les paroles du Christ au soir du Jeudi Saint. Le pain et le vin, après l’invocation de l’Esprit Saint, sont vrai corps et vrai sang du Christ, présentés à notre adoration. Il les présente à Dieu le Père au nom de toute la communauté. Comme Jésus il rompt le pain et le partage, vrai pain de vie, vraie communion au Corps et au Sang du Christ, communion à la vie divine, celle-là même reçu à notre baptême.

   Voilà ce qu’il y a à voir. Des yeux du corps, du pain, du vin, un livre, des cierges, des disciples, un prêtre, un autel. Des yeux de la foi, quelque chose d’inouïe, de fantastique, de fascinant, … le point unique au monde de notre rencontre avec Dieu. Dieu pouvait-Il nous faire mieux comprendre que son bonheur est de faire en nous sa demeure : Le Christ est le grand prêtre du bonheur qui vient, disait la lettre aux Hébreux.

   Notre attention est tout entière requise à la messe. Ce que nous célébrons, ce n’est pas un spectacle. Le plus profond et le plus énorme mystère qui soit au monde s’accomplit. Et nous ne regarderions pas !… et nous resterions distraits, lointains, comme étrangers à ce qui se passe ! Ce qui se passe, c’est l’acte d’amour de Dieu. Dieu nous a aimés si fort qu’Il nous a donné son Fils qui s’est livré pour nous sur la Croix, qu’Il nous donne sa Parole de vie et son Pain de vie à partager… En face d’un tel Amour, comment notre cœur ne serait-il pas plein de reconnaissance ? L’envie de chanter et célébrer avec les frères cet Amour de Dieu nous a poussé à venir à la messe. Si je suis prêtre, depuis maintenant 50 ans, c’est parce que je crois que le bonheur et la joie nous sont donnés par Dieu à travers l’Eucharistie. Comme vous, je souhaite que tous les hommes participent au Bonheur que Dieu veut pour tous ses enfants. La joie du prêtre, la mienne, prend sa source dans l’eucharistie célébrée chaque jour. L’Eucharistie, c’est le ciel ici-bas commencé, c’est Dieu vivant en nous, c’est l’Amour répandu, partagé, pour le bonheur et la Joie de tous les hommes… et c’est la Joie de Dieu de nous faire un tel cadeau.

Textes du jour
 Textes du jour