Mondonville

EGLISE ST PIERRE AUX LIENS

Dimanche : Messe à 10h30 le 4ème dimanche

Semaine : Messe à 9h le mercredi

altNous avons retrouvé une gravure à la plume d'oie de 1730 environ, représentant la vieille église de notre village qui, sans doute, devait exister avant 1195, si l'on en croit certains parchemins.

Peut-être a-t-elle vu passer Saint-Dominique, qui se rendit plusieurs fois à Bouconne, ou bien le roi Charles VI, en 1389, qui se perdit dans l'immense forêt ou encore Madame de Mondonville alias Jeanne de Juliard, l'abbesse janséniste.

L'abbé Emile Espagnat, curé de Mondonville en 1883, décrit cette ancienne église comme étant " basse, humide, à plafond, mal éclairée, mal aérée et trop petite pour une population de 530 habitants ". Sur la gravure du début du XVIIIè siècle nous la voyons avec un beau clocher mur pignon typique de notre région, comme celui de Cornebarrieu, percé de trois ouvertures pour les cloches et curieusement construit face au cimetière et non à la route, sans doute à cause de l'orientation.

 

Le 26 janvier 1883, cet abbé, succédant à son prédécesseur l'abbé Rey, écrit dans le registre du conseil de la fabrique de Mondonville son intention de transformer l'édifice, notamment en lui adjoignant un nouveau clocher.

Les fabriciens et marguilliers, c'est-à-dire le conseil de Fabrique, dont le curé Espagnat et le maire, M. Hippolyte Pougès, étaient membres de droit, font une quête publique dans la population pour financer ces travaux et, en quelques jours, réunissent la somme énorme pour l'époque de 28 250 francs !

Ils firent dresser les plans de la nouvelle église et de son clocher par Frédéric Delor, architecte de Toulouse et choisirent, le 12 avril 1885, M. Begué, comme entrepreneur.

alt

Hélas, le clocher étant à demi-construit, cet entrepreneur fit faillite et cessa le travail le 14 janvier 1886. Ayant les fonds nécessaires, le conseil de Fabrique décida de terminer les travaux par lui-même. La maçonnerie fut continuée en régie d'ouvriers et la plâtrerie consentie au sieur Loro qui avait fait, en 1877, la voûte du sanctuaire.

Une mission importante procéda, avec l'aide du curé Jourdès d'Aussonne, à la solennelle installation d'un chemin de croix dans l'église, c'est-à-dire de la série de très beaux tableaux que l'on peut encore admirer aujourd'hui.

Le baptême et la mise en place des deux cloches, événements toujours extraordinaires, attirèrent une grande affluence.
Le 16 octobre 1886, l'église et son clocher étaient terminés. C'était la grande joie, la très grande fête. Sous le pontificat de Léon XIII, le cardinal Julien Florian-Félix Despres, consacra, devant une foule considérable, l'église paroissiale de Mondonville, nouvellement restaurée, avec un clocher mur.

L'abbé Olagnier, successeur du curé Espagnat, entreprit de la décorer et eut d'innombrables dons. Citons parmi les plus importants : la famille Pougès qui offrit le vitrail " Saint-Pierre-aux-Liens ", patron de la paroisse ; M. Joseph Du Bourg, celui de Saint Joseph ; M. Slaja, celui de la Sainte-Vierge ; M. Massip, celui de Sainte-Germaine et le curé Olagnier, celui de Saint-Roch. Il ne faut pas oublier Mme Beaumont car sans son extraordinaire générosité, notre église actuelle n'existerait sûrement pas.

Textes du jour
 Textes du jour