Pendant le confinement

Midbar, le désert

Depuis le premier jour de confinement nous avons vécu avec le père Frédéric une vie communautaire quotidienne dans la célébration de la messe et l’office du milieu du jour. La semaine sainte est arrivée et nous l’avons vécue dans une forme de désert que nous avons essayé de peupler par nos chants et grâce à la présence de Bernard un de nos chers paroissiens.

En formant cette communauté de prière avec le père Frédéric nous maintenions présente la communauté paroissiale « quand deux se réunissent en mon nom, je suis au milieu d’eux ». Maintenir cette présence a consolidé le lien invisible avec ceux qui chez eux méditaient la Parole et permet de perpétuer la communion. Cette communion se relie d’une certaine manière à la communion des saints et nous sommes présents les uns aux autres invisiblement.

Le triduum pascal nous l’avons vécu dans la pauvreté de l’épreuve de la croix dépouillée. La simplicité de nos chants, la simplicité de nos processions nous faisait vivre cette kénose (l’abaissement) si chère à Saint Paul.

Nous n’avions ni orgue, ni chorale, ni servants, nous étions pauvres au pied de l’autel mais dans l’action de grâce de vivre ces moments liturgiques avec les paroissiens, avec la communauté que nous sentions présente.

La veillée pascale nous a relevé de cet agenouillement avec une joie tout intérieure ; nous faisions l’expérience du désert au sens le plus spirituel du terme.

En hébreu le désert se dit midbar, c’est un mot qui est dérivé de la racine Dabar, le Verbe. Lorsque dans la Bible nous trouvons ce mot midbar s’il nous décrit le désert, il nous dit aussi ce qui se vit dans le désert. C’est la richesse inouïe de l’hébreu où chaque mot à de multiples sens. Et les rabbins vous disent qu’un bon connaissant de Dieu, quand il lit la Bible, doit lire chaque mot en laissant résonner en lui tous les sens qu’il contient. Pour se laisser habiter par la Parole, il faut en être amoureux disait le grand Rabbi Akiva très vénéré en Terre sainte et qui vécut au temps du Christ.

Le midbar-désert signifie par sa racine commune avec Dabar le Verbe : le lieu à l’écart habité par la Parole. Nous faisions midbar, nous vivions avec père Frédéric à l’écart, dans ce partage quotidien de la Parole et nos méditations se croisaient jusque parfois de belles hauteurs philosophiques et théologiques. Nous vivions ces instants que recherchait le Christ lorsque souvent après les prédications il partait « à l’écart ». Cette expression en grec kat’idian qu’on retrouve dans Matthieu 14, 23 (évangile de la Transfiguration) par exemple signifie se retirer en soi- même d’une certaine manière comme midbar ce désert où l’on se met à l’écoute de la Parole et où l’on se retire en soi-même.

Cela signifie que cette mise à l’écart comme retrait en soi-même permet de comprendre la vision de la Transfiguration. Il conduit Pierre Jacques et Jean kat’idian sur la montagne mais cette mise à l’écart c’est pour qu’ils s’intériorisent afin de pouvoir vivre cette expérience de la Transfiguration.

Donc avec père Frédéric nous avons partagé cette mise à l’écart synonyme pour nous d’intériorisation et ce désert/midbar pour nous laisser envahir par la Parole.

Le confinement nous prive de l’autre, nous prive du regard de la parole et du geste. Il nous prive surtout de la présence. Nous rendons grâce avec le père Frédéric de pouvoir vivre la liturgie tous les jours et d’en mesurer tous les jours la profondeur et l’émerveillement que c’est. Cette grâce, lors de l’épiclèse, de sentir dans son être l’Esprit qui vient consacrer le pain et le vin. Et cette présence-là n’est pas télévisuelle. Il manque cette dimension charnelle qui nous fait être ensemble le Corps du Christ.

La faim et la soif d’eucharistie mais aussi la fin et la soif de l’autre.

Notre vocation de prêtre et de diacre, n’est pas une vocation de moine du désert mais plutôt de serviteurs au milieu des hommes, dans la ville. Et même si ce temps de midbar nous enrichit il ne remplace pas nos partages à chaque messe avec la communauté entière.

Notre foi n’est pas une idéologie ou une opinion, c’est un état : nous sommes chrétiens dans notre être le plus profond et être chrétien c’est être ensemble corps du Christ. Isolés nous perdons une grande part de nous-mêmes. Les moines du désert de Scété, de Nitrie ou du Sinaï, s’ils vivaient à l’écart, se retrouvaient chaque jour pour la synaxe, la prière communautaire à l’heure des vêpres et pour la fraction du pain (la liturgie eucharistique) et ils priaient ensemble !

Ce temps de désert nous donne la nostalgie du psaume 132 :

« Oui, il est bon, il est doux pour des frères * de vivre ensemble et d'être unis !

On dirait un baume précieux, un parfum sur la tête, + qui descend sur la barbe, la barbe d'Aaron, * qui descend sur le bord de son vêtement.

On dirait la rosée de l'Hermon * qui descend sur les collines de Sion. C'est là que le Seigneur envoie la bénédiction, * la vie pour toujours. »

 

Daniel Facérias, diacre

Résumé de la lettre de Mgr Le Gall

Le 2 mai, notre père évêque a adressé à ses frères dans le sacerdoce une lettre en rapport avec la situation actuelle que je vous résume.

Le confinement nous impose, depuis déjà des semaines, une vie ecclésiale unique, sans rencontre, sans assemblée liturgique et eucharistique, sans sacrement. Malgré cela, la volonté de poursuivre les fonctions tria munera sont toujours présentes dans le cœur des pasteurs et des fidèles de notre Eglise diocésaine et universelle.

Notre évêque ne manque pas de saluer l’initiative des pasteurs et des fidèles qui utilisent de nouveaux moyens de communication pour maintenir la communion trinitaire et ecclésiale.

L’Eglise reste, ainsi, bien présente dans les familles qui en sont les cellules de base ou l’Eglise domestique dans les moments de joie comme dans les moments de tristesse.

Tout en appelant à une grande vigilance pour garder les mesures "barrière" afin d'éviter une deuxième vague de la pandémie, il indique que l'Eglise est dans la société, à sa place, "non comme une menace, mais comme un ferment…, pour le bien commun ». Et en tant que « partenaires appréciés pour la solidarité », le prélat souligne avec foi le droit de nous retrouver mais en nombre « restreint et convenu », dans le cadre de nos différents ministères catéchétiques, cultuels... et regrette de n'avoir pas pu voir exercer le ministère pastoral dans beaucoup d’endroits et de secteurs pendant ce temps de confinement.

Prochainement, il reviendra vers ses prêtres pour préciser ce qu'ils devront et pourront faire avec et pour les fidèles, durant le processus de déconfinement que nous entamerons le 11 mai. Un de ses vœux est de pouvoir célébrer la messe chrismale, afin de permettre aux catéchumènes de recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne.

Monseigneur Le Gall perçoit combien la pandémie du Covid-19 nous affecte tous et pour longtemps mais, en même temps, il constate que bien des défis ont été relevés en cette période inédite et nous en remercie.

Enfin, il nous demande de prendre soin de notre santé et de celle des autres. La contemplation de la figure du Bon Pasteur invite à tout mettre en œuvre pour que nous ayons la vie et la vie en abondance dont le sacrement de l’Eucharistie, sommet de toute action liturgique, est le gage.

Père Frédéric

Intention de prière du Pape de mai 2020

Pour les diacres : Prions pour les diacres, fidèles à leur charisme au service de la Parole et des pauvres, soient un signe stimulant pour toute l’Eglise.

Invitation du Pape à prier le rosaire

Dans une lettre, ce 25 avril, le pape François invite les fidèles du monde entier à prier le rosaire durant le mois de mai. C’est aussi une façon de valoriser la prière en famille, en ce temps de pandémie et de confinement.

Lettre du Pape François à tous les fidèles pour le mois de Mai 2020

Chers frères et sœurs,

Le mois de mai est désormais tout proche, mois où le peuple de Dieu exprime avec une particulière intensité son amour et sa dévotion pour la Vierge Marie. Il est de tradition, en ce mois, de prier le Rosaire à la maison, en famille. Une dimension, la dimension domestique, que les restrictions de la pandémie nous ont “contraints” à valoriser, également du point de vue spirituel.

J’ai donc pensé proposer à tous de redécouvrir la beauté de prier le Rosaire à la maison pendant le mois de mai. On peut le faire ensemble ou personnellement ; c’est à vous de choisir selon les situations, en évaluant les deux possibilités. Mais, de toute manière, il y a un secret pour le faire : la simplicité ; et il est facile de trouver, aussi sur internet, de bons modèles de prières à suivre.

De plus, je vous offre les textes de deux prières à la Vierge que vous pourrez réciter à la fin du Rosaire, et que je réciterai moi-même pendant le mois de mai, uni à vous spirituellement. Je les joins à cette lettre de sorte qu’elles soient mises à la disposition de tous.

Chers frères et sœurs, contempler ensemble le visage du Christ avec le cœur de Marie, notre Mère, nous rendra encore plus unis comme famille spirituelle et nous aidera à surmonter cette épreuve. Je prierai pour vous, spécialement pour ceux qui souffrent le plus, et vous, s’il vous plait, priez pour moi. Je vous remercie et vous bénis de tout cœur.

François

 

Prière - 1

O Marie,
tu resplendis toujours sur notre chemin
comme signe de salut et d’espérance.
Nous nous confions à toi, Santé des malades,
qui, auprès de la croix, as été associée à la douleur de Jésus,
en tenant ferme dans la foi.

Tu sais de quoi nous avons besoin
et nous sommes certains que tu y pourvoiras
afin que, comme à Cana de Galilée,
la joie et la fête puissent revenir
après ce moment d’épreuve.

Aide-nous, Mère de l’Amour divin,
à nous conformer à la volonté du Père
et à faire ce que nous dira Jésus.
Il a pris sur lui nos souffrances
et s’est chargé de nos douleurs
pour nous conduire, à travers la croix,
à la joie de la résurrection. Amen.

Sous Ta protection nous cherchons refuge, Sainte Mère de Dieu.
N’ignore pas nos supplications, nous qui sommes dans l’épreuve,
et libère-nous de tout danger, O Vierge glorieuse et bénie.

Prière - 2

Sous ta protection nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu

Dans la présente situation dramatique, chargée de souffrances et d’angoisses qui frappent le monde entier, nous recourons à Toi, Mère de Dieu et notre Mère, et nous cherchons refuge sous ta protection.

O Vierge Marie, tourne vers nous tes yeux miséricordieux dans cette pandémie du coronavirus, et réconforte ceux qui sont perdus et qui pleurent leurs proches qui sont morts, enterrés parfois d’une manière qui blesse l’âme. Soutiens ceux qui sont angoissés pour les personnes malades auprès desquelles, pour empêcher la contagion, ils ne peuvent être proches. Suscite la confiance en celui qui est inquiet pour l’avenir incertain et pour les conséquences sur l’économie et sur le travail.

Mère de Dieu et notre Mère, implore pour nous Dieu, Père de miséricorde, que cette dure épreuve finisse et que revienne un horizon d’espérance et de paix. Comme à Cana, interviens auprès de ton Divin Fils, en lui demandant de réconforter les familles des malades et des victimes, et d’ouvrir leur cœur à la confiance.

Protège les médecins, les infirmiers et les infirmières, le personnel sanitaire, les volontaires qui, en cette période d’urgence, sont en première ligne et risquent leur vie pour sauver d’autres vies. Accompagne leur fatigue héroïque et donne-leur force, bonté et santé.

Sois aux côtés de ceux qui, nuit et jour, assistent les malades ainsi que des prêtres qui, avec sollicitude pastorale et engagement évangélique, cherchent à aider et à soutenir chacun.

Vierge Sainte, éclaire l’esprit des hommes et des femmes de science, pour qu’ils trouvent de justes solutions pour vaincre ce virus.

Assiste les Responsables des Nations, pour qu’ils œuvrent avec sagesse, sollicitude et générosité, en secourant ceux qui manquent du nécessaire pour vivre, en programmant des solutions sociales et économiques avec clairvoyance et avec esprit de solidarité.

Marie très Sainte, touche les consciences pour que les sommes considérables utilisées pour accroître et perfectionner les armements soient au contraire destinées à promouvoir des études adéquates pour prévenir de semblables catastrophes dans l’avenir.

Mère très aimée, fais grandir dans le monde le sens d’appartenance à une seule grande famille, dans la conscience du lien qui nous unit tous, pour que nous venions en aide aux nombreuses pauvretés et situations de misère avec un esprit fraternel et solidaire. Encourage la fermeté dans la foi, la persévérance dans le service, la constance dans la prière.

O Marie, Consolatrice des affligés, embrasse tous tes enfants dans la tribulation et obtiens que Dieu intervienne de sa main toute puissante pour nous libérer de cette terrible épidémie, afin que la vie puisse reprendre dans la sérénité son cours normal.

Nous nous confions à Toi, toi qui resplendis sur notre chemin comme signe de salut et d’espérance, ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie.

Amen.

Aide aux personnes en difficultés

Besoin de courses

Les personnes suivantes sont prêtes à aider les personnes qui ne pourraient pas faire les courses.

N’hésitez pas à les contacter en cas de besoin. Pensez à prévenir des personnes dans le besoin qui ne recevraient pas ce message et pourraient être intéressées.

  • Isabelle DUBIN                             Tél : 06 89 93 08 15   Cornebarrieu (Possibilité de Service Paramédical localement)
  • Pascale TOBIE                            Tél : 06 13 50 44 74   Aussonne
  • Clotilde du CHAZAUD                  Tél : 06 46 19 09 32   Cornebarrieu
  • Marie-Hélène CUTULI                  Tél : 06 86 66 36 97   Seilh (à partir de 17h)
  • Véronique SURPLY                     Tél : 06 30 82 26 82   Cornebarrieu
  • Edith FRANCO                            Tél : 06 83 44 57 67   Seilh (préfèrerait par formule « Drive » pour limiter les risques)
  • Agnès et Olivier DEPUNTIS         Tél : 05 61 85 83 56   Aussonne
  • Luc MICHELET                            Tél : 05 61 06 11 76   Cornebarrieu
  • Françoise SAILLER                     Tél : 06 04 16 33 80   Seilh
  • Monica MODENA                         Tél : 06 09 60 25 06   Aussonne
  • Josiane PANTAROTTO                Tél : 06 32 14 42 04   Mondonville
  • Patricia & Patrice KOCH              Tél : 09 54 92 00 97   Beauzelle
  • Pascale COMET                          Tél : 06 78 44 72 12   Beauzelle (Possibilité de porter un repas chaud)

Ecoute des personnes isolées par la situation actuelle

Si des personnes se sentent seules et souhaitent être appelées ; elles peuvent de faire connaître auprès du presbytère de Beauzelle qui se chargera de proposer à un paroissien volontaire de l’appeler => Si des personnes sont prêtes à appeler des personnes seules, elles peuvent se manifester auprès du Père Frédéric ou d’un membre de l’EAP.

 

Le Père Frédéric et l’EAP sont en union de prière avec tous les paroissiens et habitants du secteur Constellation.

Textes du jour
 Textes du jour

Pensons au denier de l'Eglise !

pour soutenir nos prêtres

 

     Denier de l'Eglise weblink        Quête weblink

denier

diocese