Journée du Patrimoine à l'église de Cornebarrieu

Mr Alain Toppan, maire de Cornebarrieu a fait une visite commentée de l’Eglise Saint-Clément le 17 septembre dernier au titre de la Journée du Patrimoine. Une quarantaine de personnes ont écouté attentivement l’exposé sur :

1) l’historique de cette église

2) ses extensions/rénovations successives y compris les plus récentes de 2000 et 2013.

3) Il a été aussi montré des vêtements sacerdotaux et objets des XVIII ème et XIX ème siècles. Depuis la loi de 1905, l’église elle-même et ce qui s’y trouvait qui fait l’objet d’un «Inventaire» sont propriété de l’Etat.

 

L'église de Saint-Clément est assurément un élément modeste mais remarquable avec son clocher mur et sa cloche classée aux monuments historiques. On ne connaît pas précisément sa date de construction, néanmoins, sur le document de 1128, le plus ancien où apparaît le village de Cornebarrieu, il est question de la donation d'un arpent de vigne, situé auprès de l'église Saint-Clément de Cassarac aux Hospitaliers de Saint Jean.

Jusqu’en ≈1790, le village disposait d’une église paroissiale dans l'enceinte du cimetière, qui par vétusté fut détruite. En 1795, les matériaux de l'église Saint-Clément du cimetière furent vendus ; en 1800, l'église Saint-Jean «appartenant» aux Hospitaliers de Saint Jean, prit le nom de Saint-Clément pour devenir l’église actuelle. Elle va subir durant la première moitié du XIX` siècle de nombreux agrandissements et modifications.

 

 

On ne connaît pas précisément son époque de construction, mais plusieurs documents en font état dès le XVIe siècle; elle est représentée sur un plan de la commune daté de décembre 1735 et apparaît avec un porche et trois baies s'ouvrant au sud; le clocher-mur a le même aspect qu'aujourd'hui avec un pignon.

Elle est grossièrement figurée sur un plan de 1777 avec une seule nef et un bas-côté.

     Eglise_Cornebarrieu.png

 

 L'église actuelle est le résultat de plusieurs améliorations qui se sont succédé dans le temps, comme notoirement dans la première moitié du XIXe siècle, le rajout de deux chapelles latérales, la réfection d'une partie de la toiture, et la construction de la moitié du bas-côté sud, daté de 1838. Certains de ces travaux sont réalisés sous la direction de l'architecte François-Saturnin Meilhou, natif du village ; ils concerneront la réfection d'une partie de la toiture du côté du chœur et divers travaux sur le clocher.

 

 

La construction de la moitié du bas-côté sud est achevée en 1838. L'extension du bas-côté nord, (chapelle de la Vierge) est rendue possible par un legs de 1.500 francs du baron de Bellegarde, ancien maire de Toulouse, ainsi que la construction du porche nord et son auvent pour le protéger. Au cours de ces travaux, le porche nord est ouvert et protégé par un auvent. En 1841 a lieu la prolongation du bas-côté sud (chapelle Saint Clément). Ces extensions/rénovations se poursuivent ensuite par la construction puis l'extension de la sacristie (1844) et par la reconstruction de la tribune (1845-1846) et d'autres travaux d'entretien réalisés aussi par le conseil municipal, avec la contribution des habitants.

En 1868, un vaste projet de démolition est envisagé pour rebâtir un nouvel édifice plus grand, mais la guerre franco-allemande de 1870 arrêta les travaux. Relancé en 1902, avec plusieurs milliers de francs et des matériaux promis, il n'aboutit pas. On ose dire : heureusement.

Enfin en 1882-1883, un agrandissement sur deux niveaux prolonge la chapelle de la Vierge par deux pièces qui servent de réserve, à l'angle nord-ouest de l'église. Ainsi s'achèvent les travaux de gros œuvre, l'église ayant alors acquis son emprise définitive. Des aménagements intérieurs ont été menés en parallèle, avec notamment la construction du maître-autel "en marbre blanc de Sarrancolin" et des autels des chapelles de la Vierge et de Saint-Clément (1860).

 Vierge_Cornebarrieu.png  

En l’an 2000, la municipalité a engagé une rénovation totale [intérieur et extérieur] de l’église qui a coûté près d’un million d’Euros, murs, éclairages, rénovation tableau, plafond, sol, colonnes intérieures.

Le clocher-mur renfermait quatre cloches ; une cloche de 1558, dédiée à Saint Clément provenant peut-être de l'église détruite et une cloche de 1617 (classées monument historique) ainsi que deux cloches de petite taille, achetées et mises en place en 1867. Une rénovation campanaire a eu lieu en 2013 qui a vu (i) la cloche de 1558 déposée et maintenant exposée en salle municipale des mariages (ii) une cloche la remplaçant et trois plus petites respectivement appelées Pierrette, Germaine, Anaïs et Jean-Baptiste.

 

Le tableau du chœur, rénové en 2000, représente la Crucifixion ; il est décrit dans le procès-verbal d'une visite pastorale de 1665.

Un chapiteau gothique octogonal, en marbre blanc, représentant des moines supporte une vasque du XVII° siècle (classés M.H.).

Un plâtre d’environ 1,5 m2, de style très daté, liste nos concitoyens de Cornebarrieu décédés durant la guerre 14-18, près de 25% des hommes de 25-50 ans d’alors.