Édito: à l'écoute de la Parole de Dieu

Nous venons de vivre le dimanche de la solennité de la Parole de Dieu et aussi de la prière pour l’unité des chrétiens sans oublier l’unité avec les Juifs. Nous étions en l’église St-Pierre de Mondonville avec le Pasteur Lars et des membres de sa communauté (luthérienne allemande). C’était un très bon moment de prières ferventes d’action de grâce. Merci à tous ceux qui ont travaillé à la réussite de ce temps de prières et de messe !

Être disciple missionnaire, c’est être avant tout "familier de la Parole de Dieu" qui appelle à l’unité. C’est savoir se disposer constamment à l’écoute docile et joyeuse de Dieu. C’est « par-dessus tout faire revivre à l’Église le geste du Ressuscité qui ouvre pour tous le trésor de sa Parole, afin d’être dans le monde et en famille des annonciateurs de cette richesse inépuisable ».

Au-delà donc du 3ème dimanche du temps ordinaire désormais dimanche de la Parole de Dieu nous sommes invités à prolonger notre ardeur de la lecture et de l’écoute de l’Écriture Sainte. Pour le pape François, elle doit inspirer nos prières, nos réflexions et nos actions personnelles et communautaires. Pour lui,« la Bible est le livre du peuple du Seigneur qui, dans son écoute, passe de la dispersion et de la division à l’unité. La parole de Dieu unit les croyants et les rend un seul peuple ». Elle nourrit et aide à découvrir et à vivre en profondeur notre relation avec Dieu et avec nos frères.

Le temps de Carême commence cette année le 26 février avec l’imposition des cendres. Ce sera pour nous à nouveau un temps favorable à la lecture de la Parole de Dieu avec un accent toujours renouvelé mis sur la prière, le pardon et le partage.

Que le Motu proprio Aperuit Illis du pape François du 30 septembre dernier à l’occasion du 1600ème anniversaire du décès de saint Jérôme (un des 4 Pères de l’Église latine), grand lecteur et traducteur de la Bible (la Vulgate) nous aide à découvrir durant ce Carême 2020 toute la richesse de la Parole de Dieu pour nous en nourrir quotidiennement !

Père Frédéric